Père Cestac

Le Père Louis-Edouard Cestac (6 janvier 1801-27 mars 1868)

L’école a ouvert ses portes peu après l’annonce officielle de la béatification du Père Louis-Edouard Cestac (la messe de béatification a eu lieu le 31 mai 2015 dans la cathédrale de Bayonne). Quelle chance de pouvoir nous mettre sous le patronage d’un saint bayonnais ! Que de grâces allons-nous recevoir de ce prêtre qui s’est si bien occupé de l’éducation des jeunes !
Professeur de philosophie et de musique dans ses jeunes années, le voilà scandalisé par la misère qui touche surtout les jeunes filles, orphelines ou prostituées. Il développe une œuvre d’accueil, de formation, toute une pédagogie qui leur permettra de sortir de leur condition malheureuse et sans perspectives. Ainsi il fonde les Servantes de Marie puis, une branche contemplative, les Bernardines.

A sa mort, il laisse une congrégation de plus de 900 Servantes de Marie, les Bernardines, et quelques 150 maisons (écoles, orphelinats, etc.) en France et en Espagne.

Le Père Cestac est pour l’école un patron modèle :
– modèle pour les professeurs car il développa une pédagogie toute nouvelle dont une méthode de lecture ;

– modèle de persévérance car il recommença de nombreuses fois la plantation de nouvelles espèces sur la côte basque avant d’y parvenir avec succès ;
– modèle de charité et d’amour de l’Eglise par la fondation de deux ordres religieux féminins venant au secours des femmes en détresse ;
– modèle de vie familiale : c’est avec sa sœur Louise, morte en odeur de sainteté, qu’il entreprend ses fondations (il est à noter que parmi les miracles qui ont permis au dossier de béatification d’avancer on note des « naissances inespérées »).
– modèle de piété car toute sa vie sera guidée par une intense dévotion à la Sainte Vierge Marie.